Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Retour

Archives des spectacles précédents

  • Archives des spectacles précédents

Avec le Jus de Bocse et Pumpkin en invitée, le projet de Médéric Collignon Hip-Hop tout samplement conjugue jazz, funk et rap pour revisiter le Hip-Hop des années 80. Incontournable

C’est une histoire de famille contemporaine qui puise dans la mythologie des histoires pour enfants. Le père ressemble à l’Ogre, la mère à Cendrillon, le fils est le petit prince et l’amie et la grand-mère sont des figures de marraines, de fées ou de petites souris.

Avec Vocello, les vibrations entremêlées des voix des chanteurs de l’ensemble vocal Sequenza 9.3 et du violoncelle d’Henri Demarquette touchent chacun profondément, en conjuguant pièces du passé et du présent.

The Amazing Keystone Big Band et Denis Podalydès vous invitent à une drôle d’aventure : une histoire pas comme les autres, racontée par chacun des instruments du Big Band, qui vous fait voyager à travers les différents styles du jazz et c’est irrésistible !

Sauvages, dont le nom est inspiré d’un rondeau des Indes galantes de Rameau, est une fresque baroque mêlant voix, clavecin, musique électroacoustique et vidéo.

Les textes de Georges Feydeau sont extraits de la pièce Mais n’te promène donc pas toute nue. L’œuvre théâtrale de Lars Norén est publiée et représentée en langue française par L’Arche, éditeur et agence théâtrale.

Dans Le Cas Mastorna, une route ordinaire et un banal accident ouvrent rien de moins qu’une exploration du continuum espace-temps. Cette performance poétique sur le temps invite le spectateur à vivre une expérience rare, qui déplace ses repères et lui fait traverser des interrogations existentielles autour de sa propre relativité…

Sur fond de conte futuriste, deux jongleurs offrent au public une extraordinaire performance visuelle, rythmée par des effets lumineux et lasers.

Avec 11 artistes sur scène et dans le cadre de l’anniversaire des 30 ans du festival Africolor, la création du projet Afriquatuors a pour ambition de revisiter le répertoire de l’âge d’or des grands orchestres africains, à travers des arrangements « classiques ». Une « musique de chambre », où la chambre voyagerait entre Paris et Brazzaville.

Après l’inénarrable A bien y réfléchir… accueilli la saison dernière, les 26 000 couverts reviennent avec l’Idéal club : un music-hall à rire aux larmes, dans une ambiance oscillant entre musique rock, satire, burlesque poétique et dévastateur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus